Urologues Saint Augustin Prendre RDV en ligne

Colique néphrétique

Urologues Saint Augustin

Définition

La colique néphrétique est un symptôme fréquent, dû à l’obstruction de la voie excrétrice par un calcul, elle nécessite un arrêt des boissons et la prise de médicaments anti spasmodiques ou anti inflammatoires. En cas de persistance de la douleur, il convient de faire appel à un médecin pour des examens complémentaires et un traitement plus puissant.

Comment se manifeste-t-elle?

Douleurs intenses

La douleur de colique néphrétique est due à l’augmentation brutale de pression dans les cavités rénales et dans l’uretère en amont de l’obstacle.

Elle se manifeste par une douleur de survenue brutale en coup de poignard d’emblée maximale, dans la fosse lombaire, (droite ou gauche) et irradie vers l’aine et les organes génitaux.

Elle évolue spontanément par crises douloureuses suivies de périodes de rémission spontanée durant lesquelles il persiste un fond douloureux lombaire.

Signes d’accompagnement

Ils sont souvent digestifs

Nausées et vomissements sont les signes principaux avec un embarras abdominal qui peut durer par un ralentissement du transit intestinal.

La colique néphrétique peut s’accompagner de brûlures mictionnelles irritatives. Parfois, les urines sont rouges ou rosées. La bandelette urinaire révèle presque toujours la présence de sang microscopique.

Signes de gravité

La fièvre évoluant avec des frissons doit faire craindre une infection associé justifiant d’une prise en charge urologique en urgence

L’anurie (arrêt complet de l’émission d’urine) surtout en cas de rein unique doit aussi nécessiter un avis urologique en urgence

L’état de mal néphrétique : répétition des crises douloureuses

Examens complémentaires

  1. Examen CytoBactériologique des Urines
  2. Echographie de l’appareil urinaire
  3. Scanner abdominal

Traitement

Il doit être institué rapidement. Il associe une restriction hydrique complète et la prise orale d’anti-inflammatoires. Les anti spasmodiques agissent également en calmant les spasmes douloureux du rein.

En cas d’hospitalisation, le patient est perfusé, ce qui permet de renouveler l’administration d’anti-inflammatoires et d’antalgiques.

Si la douleur persiste, l’urologue proposera d’extraire le calcul par endoscopie (urétéroscopie) et de drainer la voie urinaire par une sonde double J. Lorsque la crise est calmée et si le le calcul reste enclavé dans le canal urétéral, un traitement par lithotricie extracorporelle est réalisable.