Chirurgie Robotique

Chirurgie robotique : Prostatectomie coelioscopique robot assistée

La prostatectomie radicale pour cancer reste le traitement de référence dans la prise en charge du cancer localisé. Il peut actuellement être réalisé par voie coelioscopique robot assistée. Le chirurgien urologue reste maître de l’intervention mais ses mouvements sont retransmis aux instruments opérateurs par l’intermédiaire de bras articulés : on parle de télémanipulation

Principe du traitement

L’intervention chirurgicale d’ablation de la prostate est en tout point superposable à l’intervention réalisée classiquement par voie ouverte, mais l’apport d’une vision en 3D et de bras articulés permettent une précision du geste en vue d’en limiter les effets secondaires douloureux et les séquelles à long terme (urinaire ou sexuelle).

Durée moyenne de séjour

L’intervention dure habituellement 2 à 3 heures, et s’effectue sous anesthésie générale. L’hospitalisation dure 4 à 5 jours mais vous conservez la sonde vésicale une semaine. La sonde est retirée par votre infirmière à domicile.

Précautions avant votre hospitalisation

Il est important de s’assurer de l’absence d’infection urinaire par un ECBU, de respecter les consignes de l’anesthésiste concernant vos médicaments qui fluidifient le sang (anti-agrégants plaquettaires ou anticoagulants).
N’oubliez pas d’amener vos dernières radiographies abdominales (scanner, scintigraphie osseuse ou IRM), ainsi que les bas de contention qui vous ont été prescrits.
Certaines consignes d’éducation périnéale enseignées par votre kiné doivent être pratiquées régulièrement avant l’intervention.

Déroulement de l’intervention

L’intervention s’effectue sous anesthésie générale, en position dorsale, penchée tête en bas.

Mise en place des trocards

5 ou 6 trocards sont positionnés à travers le ventre et permettent le passage des instruments (4 sont destinés aux instruments robotiques, 2 aux instruments coelioscopiques). L’insufflation de gaz carbonique permet de créer un espace de travail dans le ventre.

Amarrage du robot

Les bras articulés du robot sont alors amarrés aux trocards pour permettre une mobilisation harmonieuse des instruments robotiques dans tous les plans. Le chirurgien peut alors utiliser les manettes et ses mouvements seront retransmis aux instruments à l’intérieur du ventre. L’intervention robotique peut alors commencer.

Temps opératoires

La prostatectomie radicale est une opération codifiée qui respecte des temps successifs : ouverture du col vésical, libération des vésicules séminales et section des déférents, libération postérieure, libération des pédicules prostatiques avec conservation des bandelettes nerveuses lorsqu’elle est décidée, section de l’urètre. La pièce opératoire est ensuite mise dans un sac puis extraite en fin d’intervention. La reconstruction passe par la reconnexion entre la vessie et l’urètre autour d’une sonde vésicale.

Fin d’intervention

On s’assure de l’absence de saignement, de l’étanchéité de la reconstruction urinaire et un drain aspiratif est placé au fond du ventre. Les trocards sont otés sous contrôle visuel et les différentes incisions sont refermées.

Suites normales

Habituellement, les douleurs sont modérées et bien contrôlées par les antalgiques usuels. Les urines sont colorées de sang pendant quelques heures à quelques jours. La boisson est autorisée assez rapidement et l’alimentation légère dès la reprise de gaz digestifs.
Le drain est ôté le 2ème ou 3 ème jour post opératoire et la sortie se fait à partir du 3 ème jour avec la sonde vésicale. Des soins infirmiers à domicile et des antalgiques vous seront prescrits.
La sonde est ôtée à domicile par votre infirmière ou en hospitalisation de jour à la clinique. L’apparition de fuites urinaires est fréquente et nécessite de poursuivre la gymnastique périnéale apprise chez le kiné. Le retour des érections est souvent plus long et peut nécessiter des traitements spécifiques.

Risques et complications

Certaines complications sont liées à la chirurgie coelioscopique :

  • Perforation d’organes lors de l’introduction des trocards : elle est réparée au cours de l’intervention. Si elle est méconnue, elle peut conduire à une hémorragie secondaire ou une péritonite justifiant d’une réintervention.
  • Compressions par les instruments ou par l’installation, rares
  • Complications liées à l’insufflation de gaz, exceptionnelles

Certaines complications sont liées à la chirurgie prostatique :

  • Incontinence urinaire : Fréquente après l’intervention, elle diminue pour disparaître en quelques semaines ou mois. Pour 5 % des patients, elle persiste plus longtemps et peut nécessiter la mise en place chirurgicale d’une bandelette sous urétrale.
  • Difficultés urinaires : rares, souvent par rétrécissement de la suture réalisée entre vessie et urètre. Elle peut nécessiter des dilatations urétrales.
  • Impuissance sexuelle : elle dépend de l’activité sexuelle pré opératoire et de la technique de conservation des bandelettes réalisée. Son taux est de 50 % et peut bénéficier de traitements oraux ou d’injections intra caverneuses.

Surveillance ultérieure

Après votre sortie, votre urologue vous communiquera les résultats histologiques de l’analyse de la prostate et une convocation pour la consultation post opératoire à 2 mois. Vous réaliserez un dosage de PSA qui servira de référence pour la surveillance biologique ultérieure. En cas de problème, n’hésitez pas à nous recontacter.