Examens radiographiques

Abdomen Sans Préparation : ASP

C’est une radiographie simple, de face en position allongée. Elle utilise les rayons X dont le rayonnement est arrêté différemment par la structure des organes qu’ils traversent.
Elle permet de visualiser l’état du squelette, des parties molles abdominales.
Son intérêt réside dans la découverte ou la surveillance des calculs urinaires radio opaques : position, taille, forme, nombre, évolution en fonction des traitements effectués

 

Urographie Intraveineuse : UIV

Elle s’effectue de face, en position allongée, chez un patient à jeun, sans antécédents allergiques (notamment à l’iode) et nécessite une injection intra veineuse d’un produit colorant iodé. Ce produit iodé est concentré puis éliminé par le rein. Il va donc opacifier spécifiquement la voie urinaire des reins jusqu’à la vessie.

On réalise des clichés successifs toutes les 5 minutes pendant environ 20 minutes pour suivre la progression du produit au niveau des divers étages de l’appareil urinaire.
Il permet une analyse morphologique de l’appareil urinaire mais aussi dynamique en comparant un côté à l’autre.
Sa réalisation est actuellement supplantée par l’uroscanner

Scanner ou tomodensitométrie

Il permet d’obtenir des coupes de l’individu, par reconstruction informatique. Les informations sont produites par un faisceau de rayons X tournant autour de l’individu puis analysées par ordinateur. L’analyse des données en temps réel permet la reconstruction d’images radiographiques en coupe axiale ou longitudinale et parfois même en 3 dimension. L’analyse de la densité des tissus peut se faire en n’importe quel point de l’image.
Il s’effectue en position allongée, chez un patient à jeun. Un produit iodé est ingéré pour repérer les anses intestinales. Une première série de clichés permet une visualisation anatomique des organes. Une deuxième série est faite après injection intraveineuse d’un produit de contraste iodé.
L’intérêt du scanner réside dans le bilan diagnostique de l’ensemble des pathologies urologiques : tumorale (rein, vessie, prostate, testicule), infectieuse, lithiasique ou obstructive mais également pour la surveillance après traitement.